Lexique de couture

Quand on se lance dans la couture, on peut vite se sentir submergé par son large jargon.

Alors si un « pied-de-biche » vous évoque l’arme d’un cambrioleur, une « canette » n’est pour vous qu’une boîte métallique contenant du Coca Cola, et un « volant » le dispositif directionnel d’une voiture, référez-vous au lexique ci-dessous !

Un terme manque à la liste et vous déconcerte ? Dites-le moi dans les commentaires, je l’ajouterai 🙂

Anatomie d’une machine à coudre

Cette section liste les différentes parties structurelles d’une machine à coudre, indispensables à son fonctionnement. Il est important de les reconnaître pour maîtriser sa machine !

Pédale

pédale machine à coudre
Source : Pédalier Walfront

La pédale contrôle la vitesse de la machine à coudre. Comme toute pédale elle se pose au sol, s’actionne avec le pied, et plus elle est enfoncée plus la vitesse augmente.

Certaines machines disposent en plus d’un bouton régulateur de vitesse qui limite la vitesse (pratique pour les débutants qui ne maîtrisent pas encore la pédale), et toutes possèdent également un volant pour faire tourner la machine à la main.

Volant

volant machine à coudre
Source : Bernina Bernette Sew & Go 8

Le volant, situé sur le flanc droit de la machine à coudre, est une alternative manuelle à la pédale. Il sert à actionner l’aiguille de manière très précise pour réaliser des travaux délicats, faire le premier et dernier point de couture, s’assurer que tout fonctionne comme prévu après un changement d’aiguille ou de pied-de-biche, enfiler la machine, remonter l’aiguille pour l’entretien, etc.

Sur les modèles mécaniques, le volant tourne quand on appuie sur la pédale. Il faut dans ce cas le débrayer lorsqu’on bobine une canette. Les modèles électroniques s’en chargent en général automatiquement.

Bobineur de canette

Bobineur de canette
Source : Singer Initiale

Aussi appelé dévidoir à canette, ce petit axe vertical situé sur le haut de la machine sert de support à la canette pendant son bobinage.

Il faut en général le faire glisser latéralement, à la manière d’un interrupteur, pour activer/désactiver le bobinage. L’arrêt du bobinage peut aussi se faire automatiquement sur certains modèles grâce à un arrêt de dévidoir qui détecte quand la canette est pleine.

Porte-bobine

Porte-bobine
Source : Singer Start & Singer Initiale

Aussi appelé support à bobine, cette tige est située près du bobineur de canette et sert, comme son nom l’indique, de support à la bobine.

Son apparence varie d’un modèle à l’autre : il peut être placé à l’horizontale ou à la verticale, être composé de plastique ou métal, être rigide ou télescopique, fixe ou rabattable/amovible. Le type de tige n’affecte pas la qualité des points de couture mais peut impacter sa durabilité (en cas de transports fréquents notamment). L’axe détermine le type de bobine à utiliser.

Enfin, de nombreuses machines sont équipées (ou peuvent être équipées) d’un second porte-bobine pour coudre avec une aiguille double.

Guide-fil

Guide-fil
Source : Singer Initiale (vue du haut)

Un guide-fil est, comme son nom l’indique, une pièce permettant de guider le fil le long du chemin d’enfilage de la machine à coudre (qui débute à la bobine et se termine soit à la canette pour son bobinage, soit à l’aiguille pour la couture).

Une machine à coudre dispose en général de un à trois guide-fils situés sur le haut de la machine et/ou au niveau de l’aiguille. Ils peuvent prendre la forme d’un simple crochet (en plastique ou métal) sur lequel on encoche le fil, ou d’une petite roulette métallique autour de laquelle on enroule le fil.

Levier releveur de fil

Levier releveur de fil
Source : Singer Decorative

Le levier releveur de fil est une petite pièce en métal située dans la tranchée sur la face avant de la machine à coudre. Il est lié au mouvement de l’aiguille et de fait se lève et s’abaisse au même rythme que celle-ci, maintenant le fil supérieur en place pendant la couture.

Aiguille

Les (parce qu’il en existe de nombreuses sortes) aiguilles pour machine à coudre ont une anatomie assez différente d’une aiguille à main.

D’abord le chas (= « trou ») est situé du côté de la pointe à l’inverse d’une aiguille à main où il se situe à l’extrémité opposée. Ensuite le talon (= « cul ») de l’aiguille est plat ce qui permet de la maintenir bien en place dans son support. Entre ces deux extrémités, l’aiguille présente une rainure dans sa longueur pour guider le fil. Enfin la pointe de l’aiguille est plus ou moins pointue/arrondie et large/fine en fonction du tissu et du travail de couture à réaliser.

Vis pince-aiguille

Cette vis de serrage permet de maintenir l’aiguille bien en place dans son support pendant la couture, ou de l’en détacher pour la changer.

Pied presseur, pied-de-biche & semelle

Pied presseur, pied-de-biche et semelle
Source : Singer Initiale

Ces trois termes sont souvent utilisés de manière interchangeable pour désigner la pièce servant à presser le tissu contre les griffes d’entraînement pour le déplacer entre deux points de couture. En réalité, cette fonction est délivrée par la combinaison de deux éléments :

  1. Le pied presseur : c’est la pièce reliée à la machine à coudre dont le mouvement est synchronisé avec celui de l’aiguille et des griffes d’entraînement.
  2. Le pied-de-biche et la semelle : ce sont deux variantes de la pièce amovible en bas du pied presseur qui s’y visse ou s’y clippe respectivement, et dont la forme dépend du tissu et du travail de couture à réaliser (une couture droite, une boutonnière et une fermeture Eclair par exemple utilisent 3 pieds différents).

Levier du pied presseur

Levier du pied presseur
Source : Brother CS10

Ce levier sert simplement à lever et baisser le pied presseur. On lève le pied presseur pour positionner le tissu, changer ou enfiler l’aiguille, nettoyer la machine, etc. On le baisse pour coudre.

Plaque à aiguille

Plaque à aiguille
Source : Brother KE14s

Cette plaque en métal se situe directement sous l’aiguille. Elle dispose d’ouvertures pour laisser passer l’aiguille et les griffes d’entraînement et est généralement marquée de lignes servant de guide pour piquer droit.

Si la machine dispose d’un boîtier à canette horizontal, la plaque à aiguille est complétée d’un cache en plastique qui peut être retiré pour accéder à la canette.

Griffes d’entraînement

Source : Brother KE14s

Les griffes d’entraînement sont de petites barres en métal et en dents de scie, au nombre de quatre à sept dépendant du modèle de machine à coudre. Leur mouvement synchronisé avec celui de l’aiguille et du pied presseur permet de faire avancer le tissu entre deux points de couture : lorsque l’aiguille remonte, le pied presseur s’abaisse et presse le tissu contre les griffes qui l’agrippent par le bas et tirent le tissu vers l’avant.

En savoir plus sur le fonctionnement d’une machine à coudre.

Les griffes d’entraînement peuvent aussi être débrayées sur certains modèles, c’est-à-dire déconnectées du mouvement synchronisé, afin de laisser le couturier déplacer son tissu librement (utile pour repriser ou broder des motifs par exemple). Si les griffes ne peuvent pas être débrayées, on peut les couvrir avec une plaque couvre-griffe.

Boîtier à canette

Boîtier à canette
Source : Brother KE14s & Bernina Bernette Sew&GO1

Le boîtier à canette est situé sous la plaque à aiguille. Il en existe deux types :

  1. Boîtier horizontal : il prend son nom de la position de la canette qu’on y dépose (horizontale donc, si si). Il est accessible en soulevant le cache à côté de la plaque à aiguille.
  2. Boîtier vertical : même explication pour son nom. Ce boîtier s’ouvre par l’avant de la machine à coudre, en retirant la boîte à accessoires.

En général, on préfère un boîtier horizontal qui est en souvent fermé d’un cache en plastique transparent ce qui permet de voir la canette. Ainsi, on ne doit pas démonter le boîtier juste pour vérifier si la bobine est déjà là (en début de projet), s’il y a des noeuds, ou la couleur et la quantité restante de fil (histoire de remplir la canette à temps et éviter qu’elle nous lâche en plein travail). C’est aussi plus facile d’y installer la canette.

Dans les deux cas, cet espace doit être régulièrement entretenu.

Boîtier à accessoires

Boîtier à accessoires
Source : Brother KE14s

Situé sur la face avant de la machine à coudre, cette boîte amovible sert à ranger ses canettes, pieds-de-biche, etc. On l’appelle aussi plateau amovible, cache ou casier de rangement, logement des accessoires, etc.

Retirer le boîtier donne accès à la canette (dans le cas d’un boîtier vertical) et libère le bras libre.

Bras libre

Le bras libre désigne la base de la machine à coudre libérée du boîtier à accessoires. Plus ou moins cylindrique et étroit, il peut se glisser dans une jambe de pantalon ou une manche pour aisément coudre un ourlet, par exemple.

Légende des points

Légende des points de couture
Source : Husqvarna H|CLASS E20 & Singer Decorative

La légende (ou descriptif) des points montre, sur la face avant du châssis de la machine ou directement sur le sélecteur de point, un schéma de chaque point que la machine peut réaliser. Certains modèles n’en proposent que quelques-uns, d’autres des dizaines.

Sélecteur de point

Sélecteur du point de couture
Source : Brother CS10 & Singer Decorative

Le sélecteur de point permet de choisir un type de point préconfiguré (droit, zigzag, boutonnière, etc.) au moyen d’une roulette (sur les machines mécaniques) ou d’un bouton (sur les modèles électroniques) qui se situe sur la face avant de la machine. Les numéros, lettres, ou icônes sur le sélecteur font référence à la légende des points.

Réglage de la longueur / largeur des points

Réglage du point de couture
Source : Brother CS10 & Singer Decorative

Tout comme le sélecteur de point, ces réglages se situent sur l’avant de la machine sous la forme de roulettes ou de boutons (pour les modèles mécaniques et électroniques respectivement).

Le réglage se fait sur base chiffrée qui détermine la distance entre deux points de coutures (pour la longueur) et l’écartement de gauche à droite d’un point tel zigzag (pour la largeur). Plus le nombre choisi est bas, plus le point est serré.

Notez que le réglage de la longueur est toujours possible mais pas celui de la largeur.

Marche arrière

La pédale permet de réguler la vitesse de couture mais pas sa direction, d’où l’utilité du bouton de marche arrière. Enclenché, il inverse le sens des griffes d’entraînement pour tirer le tissu vers soi plutôt que vers l’arrière de la machine.

La marche arrière sert à sécuriser une couture en créant un point d’arrêt (en cousant en avant, en arrière, et en avant à nouveau) en début et fin de couture afin qu’elle ne se défasse pas.

Accessoires pour machine à coudre

Cette section liste les accessoires indispensables et optionnels pour coudre à la machine. Ils permettent de réaliser des travaux spécifiques et/ou se faciliter certaines tâches. Ils ne sont pas forcément fournis avec une machine neuve (et peuvent manquer sur une machine d’occasion) mais on peut les acquérir/remplacer à petit prix.

Bobine

La bobine est le rouleau, en plastique ou carton, qu’on achète en magasin et qui porte le fil supérieur. Il en existe deux types dont le choix dépend de l’axe du porte-bobine :

  1. La bobine « parallèle » : C’est le modèle le plus courant. Le fil y est enroulé en lignes parallèles, sur un porte-bobine vertical, et doit se défaire de la même façon (et sur le même support) pour éviter une mauvaise tension pendant la couture.
  2. La bobine « diagonale » : Le fil est enroulé en formant des lignes en biais qui se croisent. Ce motif permet de défaire le fil sur un axe horizontal sans que la bobine ne doivent tourner.

Ces noms n’ont rien d’officiel, je m’en sers simplement parce qu’ils sont descriptifs des différentes bobines. Ne m’en voulez pas si le vendeur vous prend pour un(e) imbécile après lui avoir demandé « une bobine diagonale svp » 😉

Canette

La canette ressemble à une mini bobine en métal ou en plastique. Elle porte le fil inférieur et s’achète le plus souvent vide puisqu’on la rempli soi-même avec le fil de la bobine. Une fois enfilée, la canette se place dans le boîtier à canette.

Porte-canette

Le porte-canette est un petit cylindre en métal dans lequel on insère la canette (uniquement sur les machines à boîtier vertical).

Plaque couvre-griffe

Sur les machines qui ne permettent pas de débrayer les griffes d’entraînement pour coudre en piqué libre, on peut poser une plaque couvre-griffe (aussi appelée plaque à repriser) dessus pour les neutraliser. Cette petite plaque en plastique ou métal se clippe ou se visse à la plaque à aiguille.

Laisser un commentaire